Logo de l'Apfa

ACTES DES QUATRIÈME ET CINQUIÈME JOURNÉES DU FRANÇAIS DES AFFAIRES

(23 octobre 1991 et 22 octobre 1992)



organisées par l'association "Actions pour promouvoir le français des affaires" (APFA)

sous le patronage du Haut Conseil de la Francophonie, de l'Agence de coopération culturelle et technique, de la Délégation générale à la langue française et du Ministère de l'Économie, des Finances et du Budget



Cliquez ici pour accéder aux photos de la quatrième Journée du français des affaires

Cliquez ici pour accéder aux photos de la cinquième Journée du français des affaires



ENTREPRENDRE EN FRANCOPHONIE


INTRODUCTION

Avant-propos de Jean-Marcel LAUGINIE, Président de association "Actions pour promouvoir le français des affaires" (APFA) et organisateur des "Journées du français des affaires".


QUATRIÈME JOURNÉE : POUR UNE CULTURE COMMERCIALE FRANCOPHONE

- Ouverture de la quatrième journée :

Allocution d'ouverture prononcée par Joël LÉAUTÉ, Administrateur civil, Chef du bureau des publications à la Direction de la communication du Ministère de l'Économie, des Finances et du Budget

- L'héritage commercial :

Exposé de Jean FAVIER, Directeur des Archives de France, Membre de l'Institut

Exposé de René SIEFFERT, Professeur à l'Institut des Langues et Civilisations Orientales

- Construire et diffuser la langue (table ronde) :

Intervention de Bernard CERQUIGLINI, Délégué général à la langue française

Intervention de Joël LÉAUTÉ, Secrétaire général de la Commission ministérielle de terminologie du ministère de l'Économie, des Finances et du Budget

Intervention de N'Tolé KAZADI, Chargé du patrimoine linguistique à l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT)

- Les lieux de la culture commerciale francophone :

Point de vue de Willy CLIJSTERS, Professeur à HEC du Limbourg

- Actualité et prospective :

Intervention de Claude CHOLLET, Directeur général des Laboratoires Beaufour - IPSEN International

Intervention de Bernard CAZES, Chef de la Division des études à long terme au Commissariat général du plan


CINQUIÈME JOURNÉE : ENTREPRENDRE EN FRANCOPHONIE

- De la quatrième à la cinquième journée du français des affaires :

Allocution d'ouverture prononcée par Joël LÉAUTÉ, Administrateur civil, Chef du bureau des publications à la Direction de la communication du Ministère de l'Économie et des Finances et du Ministère du Budget

Exposé introductif de Bernard CERQUIGLINI, Délégué général à la langue française

- La mercatique, c'est d'abord la culture de l'autre :

>Conférence de Philippe BAUX, Professeur à l'Université des sciences sociales de Toulouse

Conférence de Joël LÉAUTÉ, Consultant à la Banque Mondiale

- La langue technique des affaires (table ronde) :

Intervention de Jacques CAMPET, Président de la Commission ministérielle de terminologie économique et financière

Intervention de Loïc DEPECKER, Chargé de mission à la Délégation générale à la langue française

Intervention de Charles de BEL-AIR, Professeur de russe, chargé d'un cours de tchèque auprès de l'Association France-Tchécoslovaquie à Paris

Intervention de Maria del CARMEN CUELLAR, Professeur à l'Université de Valence

Intervention de Maria E. DIPSE, Maître de conférences à l'Académie des sciences économiques de Bucarest

- Réussites d'entreprises en francophonie et outils du savoir-entreprendre francophone :

a)  Les entrepreneurs du développement :

Intervention de Pierre-Noël DENIEUIL, Chercheur au CNRS - Laboratoire de sociologie du changement des institutions

b) Témoignages de responsables d'entreprises et d'institutions :

Intervention de Serge ADDA, Directeur général - Canal Horizon

Intervention de Catherine BLUM, Chef du département Édition et promotion des produits nationaux à l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE)

Intervention de Patrick LUSSAULT, Directeur administratif et financier - Encyclopædia universalis

Intervention de Michel LEVENEZ, Directeur des ventes - Hatier international

Intervention de Louis-Marie HUMEAU, Président Directeur général de la société SAFRISANS S.A.


REMERCIEMENTS :

Remerciements de Jean Marcel LAUGINIE, Président de l'APFA



LES LAURÉATS DES MOTS D'OR EN 1991 ET 1992


Fidèle à la démarche de la mercatique, le signe de reconnaissance, adressé aux amoureux de la langue française, s'est adapté à chacun d'eux en s'appelant en 1988, la Coupe du français des affaires, de la terminologie et de l'orthographe, en 1989, la Coupe francophone du français des affaires, en 1990, la Coupe francophone des affaires pour les pays francophones et la Coupe du français des affaires pour les pays francisants ; une expression synthétique s'avérait nécessaire; LE MOT D'OR, que nous avions fait figurer en projet sur un marque-pages de l'APFA dès 1986, s'est imposé : la maîtrise des mots, dans le monde des affaires, vaut de l'or !


LA MÉDAILLE D'ART, LE MOT D'OR, ŒUVRE D'HENRI CHOPIN RÉALISÉE PAR LA MONNAIE DE PARIS, EN 1991 :

Œuvre d'Henri CHOPIN, artiste graphique et réalisée par la Monnaie de Paris, la médaille d'art LE MOT D'OR est née en 1991 pour honorer les lauréats du MOT D'OR.

Elle permet également à chaque membre de l'APFA de disposer d'un objet d'art unique spécialement créé pour I'APFA dans la célèbre série des collections particulières de la Monnaie de Paris.

Les outillages ont été réalisés par l'atelier de gravure de la Monnaie de Paris, selon le procédé de la taille directe dans l'acier. En bronze monétaire, la médaille d'art LE MOT D'OR a un diamètre de 130 mm pour une épaisseur de 6 mm ; son poids de 700 g traduit avec bonheur le poids de chacun des "700 mots d'aujourd'hui pour les affaires", l'accordéon en carton glacé de l'APFA.

Le patronage de la Délégation générale à la langue française et celui de la Caisse centrale de coopération économique ont permis à cette œuvre de naître.

Les amateurs de mots efficaces porteurs d'enthousiasme et de rigueur, de termes de pointe du vocabulaire francophone des affaires, disposent avec cette médaille d'art d'une création exceptionnelle digne de leur passion.



LES MOTS D'OR DES ENTREPRISES :

Christian MORY, Ingénieur Arts et Manufactures, Chef du service Information, Documentation du Comité des constructeurs français d'automobiles, pour l'emploi de MERCATIQUE AUTOMOBILE

Jean MATHIEU, de l'Association ASTRAGALE, groupe vocal polyphonique, pour l'emploi de DISQUE COMPACT et pour faire aimer la langue française

Pierre CHRISTE, Directeur de la Société Fiduciaire Suisse, pour son remarquable dictionnaire de la prévoyance professionnelle en trois langues : français-allemand-italien

Pierre-Yves GUIBERT, Directeur mercatique au CESAF, groupe SERVAIR Restauration ferroviaire, pour la plaquette "LE BON MOMENT" où l'on découvre ÉPINGLETTE et pour la présence des termes de pointe dans l'organigramme qu'il a créé

Jean AUBER, Président de la Coopérative du Livre pour sa rigueur dans la pratique de la langue des affaires

Stève GENTILI, Président du GIMAC, pour l'heureuse mise en évidence de COQUETÈLE dans le carton d'invitation à des dédicaces d'ouvrages le 23 juin 1992


LES MOTS D'OR DES AUTEURS ET DES ÉDITEURS :

René SIEFFERT, Professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales, pour sa traduction directement en français à partir du japonais "d'Histoire de marchands de Saïkaku" (éditions Publications orientalistes de France : POF) avec son attention au mot juste, avec l'importance accordée à la connaissance de la langue de l'autre, avec surtout la mise en évidence que le premier grand magasin n'était pas né avec le Bon Marché à Paris en 1852, mais en 1673 au Japon ! Dans un autre ouvrage "Éloge de l'ombre" de Tanizaki, René SIEFFERT note, pour souligner les incompréhensions liées au recours à une tierce langue, que le proverbe japonais "Tous les goûts sont dans la nature" était devenu, retraduit de l'américain : "le goût des orties"...

Michèle LENOBLE-PINSON, pour son activité terminologique au sein de l'Atelier de français vivant de Bruxelles

Willy CLIJSTERS, pour son ouvrage "Mille lettres d'affaires en chiffres" aux éditions Champion Slatkine

Mireille MAURIN, pour son attention à retenir, en entrée principale, les néologismes dans le "Dictionnaire de notre temps" aux éditions Hachette. Notons que, devenu le "Dictionnaire Hachette encyclopédique", l'édition de 1995 comporte en mot-guide de haut de page : MERCATIQUE, une confirmation de la richesse de ce dictionnaire.

L'INSTITUT GÉOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN), pour le planisphère de la Francophonie et de la langue française

René CONSTANS, Directeur général des éditions SEDES pour la rigueur terminologique de l'ouvrage "Images économiques du monde" de J. Beaujeu-Garnier et A. Gamblin

Pierre-Noël DENIEUIL, pour avoir su utiliser des mots justes, tels que ESSAIMAGE pour décrire les entreprises de SFAX dans son livre : "Les entrepreneurs du développement" aux éditions de l'Harmattan

Philippe BAUX, pour avoir écrit, en 1975, le premier ouvrage intitulé "La mercatique" aux éditions d'Organisation

Jean-Yves BRY, Directeur commercial des éditions Albin Michel pour les qualités terminologique et culturelle de l'ouvrage "Le marchand de Prato" d'Iris Origo, traduit par Jane Fillion

François GÈZE, Président directeur général des éditions La Découverte pour l'attention terminologique de Philippe Lorino dans son ouvrage "L'économiste et le manageur"

Pierre NEPVEU, Directeur d'Encyclopædia Universalis, pour le remarquable "Atlas statistique-chiffres du monde"


LES MOTS D'OR DES JOURNALISTES :

Alexandre DINER, Rédacteur en chef de la revue Banque, pour la prise en compte systématique des arrêtés de terminologie économique et financière

Michael ROWE, pour son article sur les néologismes paru en avril 1991 dans "International management" et pour avoir été le premier à souligner le fait, preuve à l'appui, dans une lettre à l'APFA, que les mêmes questions de terminologie en matière de finances se posent également outre-Pyrénées

Chantal de GRANDPRÉ, de RFI, pour son émission "Les mille et un mots" en direct de Prague

Philippe LECAPLAIN, de RFI, pour l'emploi de COENTREPRISE dans le Journal de l'Economie, le 28 février 1992 à 12 H 30

Françoise VAYSSE, pour l'emploi de MANAGEUR dans son article du 26 novembre 1991 dans Le Monde

Antoine PERRAUD, pour le remarquable commentaire de l'émission "Regards de femme" dans le n° 2141 de Télérama du 23 janvier 1991 et pour l'emploi de MERCATIQUE dans sa critique du téléfilm "le clan des clandestins" dans le n° 2202 de Télérama du 25 mars 1992

Alain MÜLLER, pour son tonifiant article "Profession : traducteur bancaire" paru dans le n° 3 de juin 1992 de l'Alouette, la revue de l'association suisse des journalistes de langue française

Jean-Claude CAUSSE, pour le titre de son article "Sauriez-vous faire de la MERCATIQUE pour lancer des ÉPINGLETTES ?" paru dans "La chronique des travaux publics et particuliers" du 31 juillet 1992


LES MOTS D'OR DES ADMINISTRATIONS ET DES INSTITUTIONS :


Yves MARGRAFF, Rédacteur en chef de la "Lettre de la Francophonie" pour son attention permanente à la qualité de la langue

Jacques LEPRETTE, Ambassadeur de France, pour avoir été l'artisan du premier sommet francophone

La Direction de la terminologie et des services linguistiques du secrétariat d'État du Canada pour l'excellent ouvrage de Raymond PAPERMANS "Vocabulaire de l'administration publique et de la gestion"

Jean A.H. BOURGET, Agent d'information - Communications, Anciens combattant - Gouvernement du Canada, pour son travail de recherche terminologique et pour son article proposant le mot "dessinovation" comme équivalent au mot anglais "design" paru dans la revue "L'actualité terminologique" du secrétariat d'État du Canada

Nicolas REVENU, pour l'emploi dans son article "Nouvelle loi sur les marques", n° 749 du 6 décembre 1991 d"Inc Hebdo", de  politique de MERCATIQUE et de MERCATICIENS

Marcelle BLANC, pour son active participation au groupe de travail des techniques commerciales de la Commission ministérielle de terminologie économique et financière

Alain de CHAUVERON, pour son grand intérêt porté aux actions terminologiques

Martine ARTUS, Chef du CICOM de Haute-Normandie, pour le lancement fort réussi, avec Xavier Chiron, IPR-IA, du Mot d'or dans les lycées de l'Académie de Rouen


LES MOTS D'OR SPÉCIALISÉS EN 1992 :

À côté des coupes francophones du français des affaires pour les professionnels, devenues naturellement les Mots d'Or par catégories de professionnels, la volonté de l'APFA a été de mieux honorer, par la création de Mots d'or spécialisés par domaines, les personnes engagées dans la promotion de notre langue et des cultures du monde.

Intervention de Loïc DEPECKER lors de la cinquième journée du français des affaires : Pour ce qui est des Mots d'or spécialisés, c'est effectivement une innovation cette année, c'est une affaire difficile à mettre en route parce qu'il y a plusieurs Mots d'Or spécialisés. L'APFA a décidé cette année de décerner plusieurs Mots d'Or spécialisés, dont voici les résultats. Est-ce que je peux proclamer les Mots d'Or spécialisés ? Le premier Mot d'or spécialisé qui a été décerné, il s'agit de la meilleure enseigne ou raison sociale. Nous avons estimé qu'il était nécessaire certainement de faire quelque chose du côté de la bonne désignation française des sociétés et des enseignes, et l'APFA a décidé de récompenser la société "Café-Couette" pour l'innovation qu'elle a eue en utilisant non pas le terme que nous connaissions beaucoup plus facilement, celui de "bed and breakfast", et la société, qui est une société française, au lieu de s'appeler donc société Bed and Breakfast, s'est appelée Société Café-Couette. Et nous avons trouvé qu'il y avait là beaucoup de génie d'innovation, en ce sens que le Québec a repris la désignation sociale sous forme de couette et café pour ne pas se faire taper sur les doigts par la société mère Café-Couette, et en France nous connaissons cette appellation plutôt sous la forme "chambre d'hôte", c'est l'utilisation assez courante.

Réponse de Philippe ROUSSEL, administratif et financier de la société "Café-Couette" : Je remercie vivement le jury de ce grand honneur, et d'être le premier nommé ce soir. Je dois dire qu'effectivement cette traduction de "bed and breakfast" avait intrigué nos amis anglais, et qu'ils sont venus faire dans les années 85 une espèce de redécouverte de ce mot qui repose, comme vous l'avez compris, sur le lit et le petit déjeuner à la française. Alors ils ont fait un reportage en rentrant en Grande Bretagne, dans différents journaux, en fait c'est la BBC qui était venue, ils ont dit : "les Français sont extraordinaires. Nous avions inventé le B and B, ils ont inventé le C and C". Alors ils avaient donc repris en quelque sorte l'accent anglais pour prononcer ce "Café-Couette". Nous sommes distribués dans 21 pays aujourd'hui, et ça nous revient quelquefois sous une forme amusante, au lieu de café-couette, on a quelquefois café-couchette, mais je précise quand même que c'est café-couette qui est largement le plus répandu. Merci encore.

Loïc DEPECKER : Bien, nous invitons les participants et les personnes présentes à nous faire part de leurs propositions pour l'année prochaine, parce qu'il s'agit d'avoir de bonnes idées pour récompenser les meilleurs Mots d'Or. La deuxième récompense, il s'agit du meilleur article rédigé en français. C'est assez difficile de se déterminer sur ce genre d'articles, et qu'est-ce finalement que le meilleur article rédigé en français ? En fait L'APFA a souhaité récompenser deux articles, et en même temps une rubrique d'un journal dans laquelle ces deux articles étaient parus. Il s'agit de la rubrique "Coup d'œil" dans Le Monde, qui paraissait régulièrement dans "Le Monde sans visa", et paradoxalement nous venons d'apprendre que la rubrique "Coup d'œil" vient de disparaître du Monde. Peut-être que le fait qu'on récompense cette rubrique va faire qu'elle réapparaîtra ! Donc on récompense la rubrique "Coup d'œil" pour deux articles ; d'une part, un article de Philippe Boggio paru le samedi 1er février 1992 qui s'appelle "Label et les belles", donc en fait ce sont les belles voitures, et c'est un article qui nous a paru très original sur la désignation des voitures, et notamment il y a de très beaux développements sur la Safrane, la Clio, et comment on a choisi le nom de l'une et de l'autre. J'extrais simplement un tout petit passage: "Comme Clio, Safrane est à peu près prononçable dans toutes les langues. Mieux, le vocable doit s'enrichir des piments des accents locaux, plus sûre garantie d'universalité. On le voit, donner un nom à une quatre roues et à un volant est aujourd'hui affaire très sérieuse". Là il y a tout un développement sur comment ces deux termes ont été choisis, et je trouve que l'article s'inscrivait bien dans l'esprit de cet après-midi. Un deuxième article de Jean-Pierre Peroncel-Hugoz, qui s'appelle "Des piments sur la langue", qui est un article parfois un peu critique, mais on connaît Peroncel-Hugoz, et nous avons trouvé que l'article imaginait une promenade à travers le monde et les mots francophones, et on se retrouve un petit peu partout, au Canada, à Dakar, et ça finit par une promenade à Marseille où justement il dit : "mais il ne s'agit pas simplement de trouver de l'exotisme linguistique ailleurs dans la francophonie, il y en a à nos portes, notamment à Marseille". Ces deux articles nous ont paru être tout à fait représentatifs de ce qui pourrait être une récompense pour un Mot d'Or spécialisé. Donc c'est en fait tout un journal et une très grande entreprise qui sont récompensés à travers ce Mot d'Or spécialisé, et il y aurait bien d'autres articles du Monde à récompenser dans le même sens.

Réponse de Jean-Pierre COLIGNON : Merci beaucoup. Merci au nom de mes deux confrères d'avoir été distingué par un jury aussi éminent.



LES MOTS D'OR DES ÉLÈVES ET DES ÉTUDIANTS :

1) LE MOT D'OR 1991 :

L'épreuve a eu lieu le 20 mars 1991, Journée de la francophonie, dans 12 pays et DOM-TOM (contre 6 en 1990). 37 693 candidats étaient inscrits.

Son caractère francophone s'est accentué, dans l'esprit d'une francophonie ouverte, avec la première inscription de la Belgique, de la Bulgarie, de l'Espagne et de la Suède, dont les candidats devaient proposer également les meilleurs équivalents dans leur langue maternelle. Il est traduit par le titre: "Mieux communiquer dans toutes les langues pour agir plus efficacement".

Cette manifestation participe ainsi au développement d'un savoir entreprendre francophone fondé d'abord sur la maîtrise du vocabulaire des affaires dans chaque langue.

Le thème de l'épreuve : "Les cercles de qualité terminologiques dans l'entreprise francophone : AU MOT D'OR", comprenait : la proposition d'équivalents français de termes étrangers ou impropres, la recherche d'un message publicitaire pour faire connaître et apprécier COENTREPRISE, la proposition d'un équivalent pour un terme récent non encore traduit "probing" et pour la première fois la description d'un projet d'action dans le monde francophone.

Le Mot d'Or continue à mettre en évidence le rôle fondamental exercé par la Commission de terminologie du Ministère de l'économie, des finances et du budget, présidée par Jacques Campet, qui s'attache à élaborer une langue des affaires claire et rigoureuse pour une plus grande efficacité générale. À ce rôle s'ajoute celui de la Commission de terminologie de la Délégation générale à la langue française auprès du Premier ministre, présidée par Bernard Cerquiglini et animée par Loïc Depecker.

4 012 lauréats, élèves et étudiants en économie et gestion et en français des affaires, ont été honorés lors des 27 cérémonies officielles ; les meilleurs d'entre eux représentant chaque pays étaient à nouveau félicités lors de la 4ème Journée du français des affaires au Ministère de l'économie, des finances et du budget à Paris. En voici la liste :


GOURO ABDALLAH GOURO de Djibouti,élève en division de terminale G3 (techniques commerciales) du baccalauréat de gestion G
VIDAI TEHUIARII de Papeete, élève en division de terminale G2 (techniques quantitatives de gestion) du baccalauréat de gestion G
MARIE-CHRISTINE KATE de Nouméa, élève en division de 1ère G du baccalauréat de gestion G
STÉPHANE BOMBOTÉ de Dakar, étudiant à l'École nationale supérieure universitaire de technologie (ENSUT)
CHANDRAJ SEPERSAD de l'Île Maurice, étudiant >à l'Université de l'Île Maurice - Département "management et comptabilité"
DIDIER DA MAX de Côte d'Ivoire, étudiant à l'Institut national supérieur de l'enseignement technique (INSET) de Yamoussoukro
BENOÎT MARET de l'Île de la Réunion, élève en division de 1ère G du baccalauréat de gestion G
MARIA GUERASSIINOVA de Bulgarie, étudiante à l'Université d'économie de Sofia
MAGDALENA IGLESIAS-MARQUEZ d'Espagne, étudiante à l'Escola Universitaria d'Estudis Empresarials (École de commerce de l'Université) de Valence
JOHAN REGGERS de Belgique, étudiant à HEC du Limburg (Economische Hogeschool Limburg)
CHARLY YARDE de Cayenne, élève en division de terminale G3 (techniques commerciales) du baccalauréat de gestion G

2) LE MOT D'OR 1992 :

L'épreuve a eu lieu le 17 mars 1992 de 14 heures à 15 heures, dans 20 pays et Dom-Tom et 16 académies métropolitaines : 38 045 candidats étaient inscrits.

Pour la première fois, l'Allemagne, le Cameroun, l'Égypte, l'Italie, le Liban, le Maroc, la Nouvelle-Zélande et le Vanuatu ont eu des participants.

Le Mot d'Or 1992 a voulu saluer chez les candidats leur volonté d'entreprendre fondée d'abord sur la maîtrise, dans leur langue maternelle, des concepts modernes des affaires.

L'épreuve comportait une recherche sur le vocabulaire et les termes de pointe des affaires dans chaque langue maternelle, un nouveau thème de réflexion sur la mercatique éducative et l'expression personnelle du goût d'entreprendre du candidat.

4 194 lauréats ont été honorés de mai à octobre 1992, lors des 37 cérémonies officielles. La cinquième journée du français des affaires au Ministère de l'économie, des finances et du budget à Paris, le 22 octobre 1992, a permis de recevoir, pour chaque pays les meilleurs d'entre eux :


SHORLING ANKE d'Allemagne
BENDETTA ROUX de Belgique
VERA PETKOVA de Bulgarie
ATANGANA ASSOUGUENA CORINE du Cameroun
IDRIS ELMI de Djibouti
INAS HOSNY IBRAHIM d'Égypte
MARIA LUZ PEREZ GARCIA et PAULA JUAN JUAN d'Espagne
SOBA SONIA de La Réunion
YAN DEBROSEC de la Nouvelle Calédonie
CHRISTOPHE TIN HIN de Polynésie française
DUKHIE PATRICIA de l'Île Maurice
CONTI MASSIMILIANO d'Italie
JOUMANA HATEM du Liban
THAMY AYOUCH et HOUDA BENSELLAM du Maroc
SARR N'DEYE BINETA du Sénégal
CYNTHIA MAKAMBO du Vanuatu


3) LES ALLOCUTIONS DE REMISE DES PRIX :

Allocution de Stélio FARANDJIS, Secrétaire général du Haut Conseil de la Francophonie (22 octobre 1992

Allocution d'OMAR CHIRDON ABASS, Ministre de l'Éducation nationale de la République de Djibouti (22 avril 1991)

Allocution de Bernard CERQUIGLINI, Délégué général à la langue française (Dakar, 9 mai 1992)

Allocution d'Alain ROSSIGNOL, Inspecteur pédagogique régional, Inspecteur d'Académie (Dakar, 9 mai 1992)

Allocution d'OMAR CHIRDON ABASS, Ministre de l'Éducation nationale de la République de Djibouti (10 juin 1992)

Allocution de Michel TOLLIM, Professeur d'économie et gestion (10 juin 1992)

Allocution de Nicole MAROGER, Lectrice à l'Université d'économie et de commerce de Florence (Italie - 9 juin 1992)



Cliquez ici pour accéder aux photos de la quatrième Journée du français des affaires

Cliquez ici pour accéder aux photos de la cinquième Journée du français des affaires

Retour au sommaire des journées
Retour au sommaire général