COUPE "LE MOT D’OR" 2005 : corrigé indicatif

1ère partie :

Le correcteur privilégiera les réponses qui fournissent des néologismes suggestifs et respectant les modes de formation des mots. Il se souviendra de ce qu'écrivait le grand poète Ronsard qui acceptait "les vocables nouveaux pourvu qu'ils soient moulés et façonnés sur un patron déjà reçu du peuple".

La qualité de la justification doit également être prise en compte.

2ème partie :

Objet de faible valeur distribué gratuitement pour promouvoir un produit ou une entreprise Cadeau publicitaire
Navire aménagé pour le transport en vrac des liquides, et notamment du pétrole et des produits pétroliers Navire-citerne
Document informatisé, contenant le plus souvent un texte auquel peuvent être joints d'autres textes, des images ou des sons, qu'un utilisateur saisit, envoie ou consulte en différé par l'intermédiaire d'une messagerie électronique Courriel,
courrier électronique,
message électronique
Cadre responsable du service de la comptabilité d'une entreprise ou d'un organisme Chef comptable
Système de restauration à service réduit et rapide et assortiment limité qui permet de consommer sur place ou ailleurs Restauration rapide
Professionnel de la publicité Publicitaire
Page de présentation d'un site sur la Toile ou page de tête affichée par un logiciel de navigation Page d'accueil
Association de personnes ayant pour but la défense des intérêts professionnels communs de ses membres Syndicat
Publication gratuite destinée à la clientèle d'une entreprise qui cherche à promouvoir ses ventes Magazine promotionnel
Ensemble des articles proposés à sa clientèle par une entreprise commerciale Assortiment
Compétition qui oppose des entreprises confrontées sur un même marché Concurrence
Personne sur qui pèse le poids d'un impôt Contribuable
Responsable des relations avec la clientèle, par l'intermédiaire des représentants et vendeurs dont il assure la direction et l'animation Directeur commercial
Disque magnétique amovible de dimensions et de capacité généralement réduites Disquette
Rythme de renouvellement du personnel, du chiffre d'affaires, des stocks d'une entreprise Rotation,
taux de rotation
Procédure par laquelle une personne est contrainte d'abandonner, moyennant une indemnité, la propriété de son bien à une collectivité publique Expropriation
Marché sur lequel les transactions donnent lieu à paiement et livraison non différés d'actifs financiers ou de marchandises Marché au comptant
Ensemble des décisions prises par les pouvoirs publics dans le domaine économique Politique économique
Monnaie constituée par le montant des avoirs en comptes à vue auprès des institutions financières Monnaie scripturale
Personne contre laquelle est introduite une action en justice Défendeur

3ème partie (corrigé du sujet de la Coupe francophone des affaires)  :

Liste indicative d'équivalents possibles dans le contexte donné. Tous les anglicismes composés ont été écrits avec des traits d’union, conformément aux habitudes des dictionnaires français, bien que cela ne soit d’usage en anglais que pour les adjectifs.

carjacking : piraterie routière
balance : équilibreur
baffle : haut-parleur, enceinte
best-of : florilège, morceaux choisis, meilleurs morceaux, compilation
crooner : chanteur de charme
party : réception, fête
big-boss : grand patron
stock-option : option sur titres
golden parachute : prime de départ, parachute doré
beautiful-people : beau monde
urbanwear : vêtements de ville
snacks : amuse-gueule
snacking : grignotage
fast-food : restauration rapide
slow-food : repas-détente
nursing : maternage (technique de fidélisation du client consistant à l'entourer d'attentions et de prévenances)
deal : négociation
break : pause, repos
distractif : récréatif, distrayant
challenge : défi, chalenge
credit-manager : chef du crédit
avantage soft : avantage personnalisé
bargaining : marchandage
churning : barattage commercial (visant à persuader les clients de renouveler rapidement leur équipement)
business-strategy : stratégie d'entreprise
customer-driven : à l'écoute du client
notebook computer : bloc-notes électronique
attaché-case : porte-documents, mallette
chairman : président-directeur général, PDG
e-mail : courriel
senior-executive : cadre supérieur
speech : discours, allocution, laïus
business-plan : plan de développement, plan d'affaires
senior-partner : associé principal
corporate-purpose : finalité de la société, finalité de l'entreprise
corporate-strategy : stratégie de la société, stratégie de l'entreprise
reengineering : reconfiguration, réorganisation totale
downsizing : réduction des effectifs, restructuration avec licenciements
leader : numéro un
mass-market : marché de masse
pole-position : position de tête, tête, position de pointe, première ligne
sourcing : sourçage
supply-chain : chaîne logistique
hard-discounter : casseur de prix, maxidiscompteur
e-commerce : commerce en ligne, cybercommerce, commerce électronique
e-consumer : consommateur internaute
pure-player : distributeur en ligne, société pointcom
air-tour : voyage en avion
vol non stop : vol sans escale
temps aiborne : temps de vol
open-ticket : billet ouvert (le voyageur fixe librement la date de son voyage)
check-in : enregistrement (des passagers et des bagages)
surbooking : surréservation
airline : ligne aérienne
laptop-computer : petit ordinateur portable
boarding-lounge : salle d'embarquement
take-off : décollage

Pour ceux qui maîtrisent mal le jargon des anglomanes, voici le texte transposé dans une langue débarrassée des emprunts abusifs à l'anglais américain :

Juliette s'installa au volant, verrouilla les portes par crainte de la piraterie routière, alluma son autoradio et régla l'équilibreur des haut-parleurs avant et arrière. On diffusait un florilège de son chanteur de charme préféré. Elle sortait de la réception donnée par le grand patron pour son départ de la société. Il n'était pas à plaindre avec les options sur titres et la prime de départ qu'il s'était fait attribuer. Il avait invité du beau monde et elle s'était sentie gênée avec les vêtements de ville qu'elle portait. Elle n'avait pas touché aux amuse-gueule. Elle avait horreur du grignotage et de la restauration rapide. Un gros client l'attendait pour un repas-détente qui allait être en fait une opération de maternage et une négociation. Après une demi-journée de repos récréatif, le défi ne lui faisait pas peur. Elle pourrait proposer, avec l'accord du chef du crédit, un avantage personnalisé. Mais il faudrait éviter un marchandage mesquin ou un barattage commercial contraire à une stratégie d'entreprise plutôt à l'écoute du client. Elle s'assura qu'elle avait bien mis son bloc-notes électronique dans son porte-documents.

Le nouveau PDG avait convoqué par courriel et réuni tous les cadres supérieurs de la société pour un discours sur son plan de développement en présence de l'associé principal. Il avait redéfini la finalité et la stratégie de la société. Il envisageait une reconfiguration de l'entreprise, sans exclure une réduction des effectifs en cas de besoin. Pour rester numéro un d'un marché de masse comme le leur et demeurer en position de tête, il fallait sécuriser le sourçage et la chaîne logistique et ne négliger ni les casseurs de prix, ni le commerce en ligne. Il ne fallait surtout pas abandonner les consommateurs internautes aux distributeurs en ligne.

Le lendemain matin, il était prévu un voyage en avion jusqu'à Barcelone. Par chance, c'était un vol sans escale avec un temps de vol assez court. Elle avait un billet ouvert et elle tâcherait d'arriver en avance à l'enregistrement pour être sûre d'avoir une place car la surréservation était devenue une habitude sur les lignes aériennes. Elle en serait quitte pour travailler avec son ordinateur portable dans la salle d'embarquement en attendant le décollage.

4ème partie (origines étymologiques) :

Grève (droit du travail) :

Réponse : ancien nom d'une place de Paris

L'actuelle "place de l'Hôtel-de-Ville" fut appelée jusqu'en 1830 "la place de Grève" ou "la Grève". Elle descendait alors en pente douce jusqu'au bord de la Seine, d'où son nom de "grève" (rivage de sable ou de gravier), forme moderne du mot latin populaire, d'origine gauloise, "grava". C'était, sous l'Ancien Régime, le lieu d'exécution des condamnés à mort. Il s'y donnait également des fêtes populaires (feu de la Saint-Jean).

Les ouvriers sans travail se réunissaient sur la place de Grève, sous les galeries formées par les piliers des maisons. C'est là que les entrepreneurs venaient les embaucher. "Faire grève", "être en grève", c'était donc se tenir sur la place de Grève en attendant de l'ouvrage, suivant l'habitude de plusieurs corps de métiers parisiens, ou plus généralement "chercher du travail".

Quand les ouvriers, mécontents de leur salaire, refusaient de travailler à ces conditions, ils se "mettaient en grève", c'est-à-dire qu'ils retournaient sur la place de Grève en attendant qu'on vienne leur faire de meilleures propositions. "Faire grève" et "se mettre en grève" ont fini par prendre le sens d'abandonner le travail pour obtenir une augmentation de salaire.

Le mot "grève" a été finalement retenu pour désigner la cessation volontaire, collective et concertée du travail par les salariés afin d'exercer une pression sur le chef d'entreprise ou les pouvoirs publics (ce qui est devenu licite après l'abolition du délit de coalition en 1864). Par extension de ce dernier sens, on l'utilise actuellement même en dehors du droit du travail pour désigner toute cessation d'activité dans un but revendicatif (grève de la faim par exemple).

Fonds (de commerce) :

Réponse : fundus (latin)

Les mots "fond" et "fonds" ont en fait à peu près la même étymologie. Le mot italien "fondo", qui a la même origine, peut d'ailleurs s'employer pour traduire ces deux mots.

L'orthographe "fond" provient de la forme qu'avait le mot lorsqu'il était complément d'objet du verbe : "fundum", devenu "fondum" en bas latin. La syllabe finale a progressivement cessé d'être prononcée mais l'écriture a gardé le d.

L'orthographe "fonds" provient de la forme qu'avait le mot lorsqu'il était sujet du verbe : "fundus" devenu "fondus" en bas latin. La syllabe finale a également cessé d'être prononcée mais l'écriture a gardé ds. L'ancien français a d'ailleurs connu aussi la forme "fons" qui a donné "fonsier", devenu "foncier" en français moderne.

Le français a donc spécialisé ces deux écritures :

Le mot "fond" désigne, au sens propre, la partie d'un objet la plus éloignée de l'ouverture ou de la surface et, au sens figuré, ce qu'il y a d'essentiel dans une chose (par opposition à la forme).

Le mot "fonds" est utilisé lorsqu'il y a une idée de possession (terre, capital, ressources).

Avant d'être étendu au capital ou à des ressources diverses, le mot "fonds" désignait uniquement une terre qu'on exploite ou sur laquelle on bâtit des immeubles. C'est par extension de ce sens qu'a été créée l'expression "fonds de commerce" pour désigner un ensemble d'éléments mobiliers corporels et incorporels qui appartiennent à un commerçant ou à un industriel et qui lui permettent d'exercer son activité et de développer sa clientèle.

5ème partie (présentation du projet) :

Le correcteur doit tenir compte à la fois de l'originalité et du réalisme du projet et de la qualité de l'exposé, notamment dans l'utilisation de la langue française.

Retour au sommaire des sujets
Retour au sommaire du Mot d'Or
Retour au sommaire général