COUPE "LE MOT D’OR" 2006 : corrigé indicatif

1ère partie :

Le correcteur privilégiera les réponses qui fournissent des néologismes suggestifs et respectant les modes de formation des mots. Il se souviendra de ce qu'écrivait le grand poète Ronsard qui acceptait "les vocables nouveaux pourvu qu'ils soient moulés et façonnés sur un patron déjà reçu du peuple".

La qualité de la justification doit également être prise en compte.

2ème partie :

Institution légale qui permet à des parties en litige de faire juger leur procès par une ou plusieurs personnes privées au lieu de s'adresser aux tribunaux ordinaires arbitrage
Solde négatif de la balance commerciale déficit commercial
Organisme offrant à des clients d'accéder à Internet, ou, plus généralement, à tout réseau de communication fournisseur d'accès
Catalogue proposant des articles de détente et de loisir pour l'extérieur catalogue du plein air
Ensemble des valeurs et des règles morales qui s'imposent dans la vie des affaires éthique des affaires
Personne chargée de traquer toutes les dépenses superflues dans une entreprise chasseur de coûts
Évènement imprévisible et insurmontable qui empêche le débiteur d'exécuter son obligation/td> force majeure
Délai que doit respecter celui qui décide la résiliation d'un contrat de travail pour signifier à l'autre son intention préavis (délai de)
Parc de stationnement aménagé à proximité d'un arrêt de transport public et destiné à inciter les automobilistes à garer leurs véhicules pour emprunter ensuite les transports en commun parc relais ou parc de dissuasion
Lacune ou vide législatif permettant d'échapper à l'impôt sans être en infraction niche fiscale
Détermination précise des différentes phases prévues pour une opération minutage
Ensemble des moyens de paiement dont disposent les agents économiques d'un pays masse monétaire
Programme nécessaire au traitement de l’information par un ordinateur logiciel
Marque créée par une entreprise de distribution pour une vente de type exclusif marque de distributeur ou marque propre
Marché des capitaux à long terme marché financier
Titre coté d'une société censée disposer d'un important potentiel de plus-value et exerçant en conséquence un fort attrait sur les investisseurs valeur vedette
Message publicitaire écrit ou télévisé présenté sous la forme d'un reportage permettant de fournir au consommateur des informations plus détaillées que par les messages classiques publireportage
Ensemble des opérations de création, manipulation et impression de texte effectuées à l'aide de moyens informatiques. Programme permettant d'effectuer ces opérations traitement de texte
Exposition commerciale réunissant des professionnels du même domaine d'activité salon professionnel
Transfert de programmes ou de données d'un ordinateur vers un autre, en général par l'intermédiaire d'Internet téléchargement

3ème partie (corrigé du sujet de la Coupe francophone des affaires)  :

Liste indicative d'équivalents possibles dans le contexte donné. Tous les anglicismes composés ont été écrits avec des traits d’union, conformément aux habitudes des dictionnaires français, bien que cela ne soit d’usage en anglais que pour les adjectifs.

self-made-man : autodidacte
business-school : école de commerce, école de commerce et de gestion
front-office : service de clientèle
marketer : mercaticien
booster : stimuler
job : travail, tâche
direct marketing : vente directe
mailing : publipostage
phoning : démarchage téléphonique
spamming : arrosage publicitaire
prospect : prospecté
marketing-mix : plan mercatique, marchéage
PC (personal computer) : micro-ordinateur, ordinateur individuel (OI)
login : nom d’utilisateur, identifiant de connexion
password : mot de passe
hard-disk : disque dur
data-base : base de données
mail : message
dispatcher : répartir
directory : dossier, répertoire
soft (software) : logiciel
tuner : améliorer, mettre au point
customiser : personnaliser
baffle : haut-parleur
goofy : loufoque, toqué
crooner : chanteur de charme
timing : programme, minutage
break : pause
shopping-center : centre commercial
hard-discount : maxidiscompte
self-service : libre service
facing : frontal, frontale
cherry-picker : client picoreur
cash : en espèces
check-out : caisse de sortie
marketing-expert : mercaticien
merchandising : marchandisage
packaging : conditionnement, emballage
shopping : lèche-vitrines, chalandage, magasinage (Québec)
surfer : naviguer, butiner
Web : Toile
design : style, esthétique (industrielle)
walkman : baladeur
look : aspect
made in China : fabriqué en Chine
home-trainer : banc de musculation à domicile
en kit : en prêt-à-monter
pin’s : épinglette
bundle : vente groupée
prix discount : prix réduit
must : ce qui est indispensable (pour être "branché")
addict : accro
superstore : grande surface
fast–food : repas rapide
drive-in : service au volant
lunch : déjeuner
deal : accord
executive-man : cadre de direction
au top : en tête
spot publicitaire : message publicitaire
prime-time : heure de grande écoute

Pour ceux qui maîtrisent mal le jargon des anglomanes, voici le texte transposé dans une langue débarrassée des emprunts abusifs à l'anglais américain :

Clément était un autodidacte. Il n’avait jamais fréquenté d’école de commerce mais il avait gravi les échelons dans le service de clientèle de l’entreprise et sa compétence de mercaticien capable de stimuler les ventes était reconnue.

Son travail était de s’occuper de la vente directe. Il avait mis en place dans la société les techniques du publipostage, du démarchage téléphonique et même de l’arrosage publicitaire pour atteindre le maximum de prospectés. C’était la base du plan mercatique de la maison.

Avant de quitter son bureau, il mit en marche son micro-ordinateur et composa son nom d’utilisateur et son mot de passe. Le disque dur contenait une base de données confidentielle qu’il fallait protéger. Il lut ses messages et les répartit dans les dossiers de son logiciel de messagerie.

Sa voiture refusa de démarrer. Il emprunta celle de son fils, améliorée et personnalisée par ce dernier. Les haut-parleurs émirent une musique bruyante. À son âge, il craignit de paraître un peu loufoque et remplaça la techno par un chanteur de charme.

Son programme de la journée lui laissait le temps de faire une pause. Il entra dans un centre commercial et choisit un magasin de maxidiscompte en libre service. Il voulait flâner devant les frontales et jouer au client picoreur en achetant une babiole en promotion qu’il paierait en espèces à la caisse de sortie. En bon mercaticien, il s’intéressait aussi au marchandisage et au conditionnement des produits et cela le changeait du lèche-vitrines virtuel qu’il pratiquait souvent en naviguant sur la Toile. Son attention fut attirée par le style d’un baladeur à l’aspect étonnant fabriqué en Chine et par un banc de musculation à domicile en prêt-à-monter. Il se laissa tenter par des épinglette amusantes, en vente groupée à prix réduit, qui devaient constituer une acquisition indispensable pour des collectionneurs accros de ce genre d’objets.

Il s’aperçut qu’il avait trop traîné dans la grande surface et dut se contenter d’un repas rapide en service au volant pour le déjeuner car il avait rendez-vous, pour conclure un accord important, avec un cadre de direction d’un fournisseur qui était en tête sur son marché. Les deux sociétés envisageaient de cofinancer des messages publicitaires télévisés destinés à l’heure de grande écoute.

4ème partie (origines étymologiques) :

Syndicat (droit du travail) :

Réponse : syndic

Le mot syndicat a d'abord désigné la fonction de syndic. Ce mot provient lui-même d'un mot grec (sundikos) qui a été repris en latin (syndicus) et qui désignait un défenseur devant la justice, ce que nous appelons aujourd'hui un avocat. En France, avant 1789, les syndics étaient les représentants élus des habitants des villes ou des paroisses rurales. Ils ont été remplacés en 1789 par les maires. En Suisse romande (canton de Fribourg et canton de Vaud), le maire porte toujours le nom de syndic, et en Italie celui de sindaco.

À la fin du Second Empire (à partir de 1867), les ouvriers ont formé des chambres syndicales plus ou moins tolérées mais le mot syndicat a reçu son sens actuel en droit du travail par la loi du 21 mars 1884 qui a consacré l'existence de ces "associations qui ont pour objet le défense des intérêts professionnels de leurs membres".

Le terme s'est répandu avec cette acception dans les autres langues latines (sindicat en catalan, sindicado en espagnol, sindacato en italien, sindicato en portugais), en allemand (Syndikat), en grec (sundikaton), et en turc (sendica). Le mot syndicate existe en anglais mais il désigne un groupement commercial ou financier… ou une organisation criminelle. Un syndicat ouvrier s'appelle trade union.

Investir (finances) :

Réponse : to invest (anglais)

Le verbe latin investire, qui signifiait revêtir, garnir, a pris au Moyen Âge le sens de "mettre en possession d'un fief ou d'une charge" car on conférait cette dignité ou ces pouvoirs en remettant un élément du costume qui la symbolisait.

On disait en vieux français envestir ou investir.

Ce verbe a aussi emprunté à l'italien investire le sens d’entourer de troupes, encercler, assiéger. Le sens "employer des capitaux dans une entreprise" existait également en italien dès le 14e siècle. Il a été repris en anglais au 16e siècle. Mais ce n'est qu'en 1922 que le mot investir a été utilisé dans cette acception, par imitation de l'anglais, pour la première fois en français. La mode était déjà aux anglicismes dans la langue des affaires…

5ème partie (présentation du projet) :

Le correcteur doit tenir compte à la fois de l'originalité et du réalisme du projet et de la qualité de l'exposé, notamment dans l'utilisation de la langue française.

Retour au sommaire des sujets
Retour au sommaire du Mot d'Or
Retour au sommaire général