COUPE FRANCOPHONE DU VOCABULAIRE DES AFFAIRES 2013

Coupe proposée au grand public

LA DICTÉE DES MOTS D'OR



SEMAINE DE LA LANGUE FRANÇAISE ET DE LA FRANCOPHONIE

Samedi 23 mars 2013

Identification du participant :

Nom (en majuscules accentuées) :

Prénom :

Adresse :

Les organisateurs de la Coupe "LE MOT D'OR" vous remercient et vous félicitent d'affirmer, par votre participation, votre volonté d'entreprendre marquée par le souci d'une bonne maîtrise du vocabulaire des affaires, dans votre langue maternelle et en français.

SUJET
(le corrigé est donné en vert)

Le sujet comporte trois parties. Les réponses doivent être portées sur le sujet lui-même qui sera remis aux organisateurs en fin d'épreuve.

1. Début du conte terminologique : recherche des néologismes.

Soulignez, dans le texte suivant, les néologismes (termes, c’est-à-dire mots ou groupes de mots, nouveaux et termes anciens employés dans un sens nouveau) qui vous paraissent relever du français des affaires (mercatique et action commerciale, commerce (d'articles de sport par exemple), hôtellerie-tourisme, gestion, économie d’entreprise, économie générale, informatique et Internet, etc.) et plus généralement tous les termes qui sont malheureusement souvent remplacés par des anglicismes.

Le patron de Marine lui avait offert un voyage de motivation à New York et une mallette contenant un ordinateur ultraportable et quelques chèques de voyage pour ses dépenses car son savoir-faire mercatique avait permis d’orienter l’entreprise vers le cybercommerce et de dynamiser ses ventes en ligne en tirant partie d’un créneau de vente sur la Toile. Elle l’avait convaincu que l’époque n’était plus au porte-à-porte et au démarchage téléphonique mais au téléachat électronique. Elle y avait gagné une réputation de cybermercaticienne et de spécialiste de niche, un salaire de cadre et ce voyage semi-professionnel en avion organisé par un voyagiste spécialisé qui avait prévu une visite d’un centre d’affaires international et un spectacle de comédie musicale à Broadway.

À l’aéroport, après avoir passé l’enregistrement, en avance pour éviter d’être victime d’une surréservation éventuelle, elle s’était installée dans la salle d’embarquement en attendant le décollage. Il n’y avait pas de vol direct pour New York et elle avait dû changer d’avion dans une plateforme de correspondance. Elle avait pris son ultraportable car elle pensait trouver des zones d’accès sans fil dans les aérogares et les hôtels. Elle avait regretté d’avoir oublié la souris car elle n’aimait pas le pavé tactile des ordinateurs portables. Elle avait aussi été contrariée de voir que l’affichage numérique de sa montre était défaillant.

Elle était arrivée tard à l’hôtel, après avoir échangé ses chèques contre des dollars dans une banque au volant et pris un repas dans un libre-service de restauration rapide. Le réceptionniste de nuit lui avait remis la clé de la chambre individuelle haut de gamme de femme d’affaires qu’on lui avait réservée.
Le patron de Marine lui avait offert un voyage de motivation à New York et une mallette contenant un ordinateur ultraportable et quelques chèques de voyage pour ses dépenses car son savoir-faire mercatique avait permis d’orienter l’entreprise vers le cybercommerce et de dynamiser ses ventes en ligne en tirant partie d’un créneau de vente sur la Toile. Elle l’avait convaincu que l’époque n’était plus au porte-à-porte et au démarchage téléphonique mais au téléachat électronique. Elle y avait gagné une réputation de cybermercaticienne et de spécialiste de niche, un salaire de cadre et ce voyage semi-professionnel en avion organisé par un voyagiste spécialisé qui avait prévu une visite d’un centre d’affaires international et un spectaclecomédie musicale à Broadway.

À l’aéroport, après avoir passé l’enregistrement, en avance pour éviter d’être victime d’une surréservation éventuelle, elle s’était installée dans la salle d’embarquement en attendant le décollage. Il n’y avait pas de vol direct pour New York et elle avait dû changer d’avion dans une plateforme de correspondance. Elle avait pris son ultraportable car elle pensait trouver des zones d’accès sans fil dans les aérogares et les hôtels. Elle avait regretté d’avoir oublié la souris car elle n’aimait pas le pavé tactile des ordinateurs portables. Elle avait aussi été contrariée de voir que l’affichage numérique de sa montre était défaillant.

Elle était arrivée tard à l’hôtel, après avoir échangé ses chèques contre des dollars dans une banque au volant et pris un repas dans un libre-service de restauration rapide. Le réceptionniste de nuit lui avait remis la clé de la chambre individuelle haut de gamme de femme d’affaires qu’on lui avait réservée.

2. Suite et fin du conte terminologique : LA DICTÉE DES MOTS D’OR.

Texte de la dictée :

"Elle avait trouvé distrayant qu’on lui ait donné la chambre quatre-vingt alors qu’il y avait quatre-vingts chambres dans l’hôtel. La tapisserie était bleu azur et les rideaux orange. Elle s’était laissé rapidement gagner par le sommeil. Le lendemain matin, près de partir, elle avait reçu un appel téléphonique de son patron à propos d’une consultation du personnel sur la flexibilité des horaires de travail. Les pourcentages des oui et des non étaient très proches et il avait été pris à partie par les représentants syndicaux qui craignaient les conséquences pécuniaires pour les salariés et l’agonissaient de reproches qu‘il jugeait inopportuns. Elle s’était dit à part elle que, quoi qu’il en pensât, il ne pourrait pas faire fi de ces mises en garde et devrait trouver des accommodements.

Elle avait décidé de faire un peu de lèche-vitrines. Elle avait parcouru quelque trois cents mètres et était entrée dans un grand magasin. Elle avait pris un enchaînement d’escaliers mécaniques qui lui avaient donné le tournis. Pour se rasséréner, elle s’était attachée à ausculter en professionnelle le marchandisage du magasin."


N.B. :

1) vingt et cent employés pour vingtième et centième sont considérés comme invariables : "la chambre quatre-vingt", "l’an huit cent" (nombres cardinaux employés comme adjectifs ordinaux).

2) "Laissé" suivi d’un infinitif est invariable : "on généralisera l’invariabilité du participe passé de laisser dans le cas où il est suivi d’un infinitif, dont l’accord est pour le moins incertain dans l’usage, en l’alignant sur celui de faire, qui reste invariable dans cette position" suggère le rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvé à l’unanimité par l’Académie française, publié au Journal officiel du 6 décembre 1990 et préconisant des rectifications orthographiques). On trouve évidemment des exemples d’accord dans les textes littéraires antérieurs à cette date.

3) "oui" » et "non" sont des adverbes. Employés comme noms, ils sont invariables.

4) "Lèche-vitrines" peut s’écrire aussi "lèche-vitrine".

5) "trois cents" peut s’écrire aussi "trois-cents" (le rapport du Conseil supérieur de la langue française publié le 6 décembre 1990 préconise l’usage du trait d’union pour tous les numéraux composés).

6) "Enchaînement" peut s’écrire aussi "enchainement" (rapport du Conseil supérieur de la langue française).




Définitions des termes techniques cités dans le conte termimnologique en évitant les anglicismes :

Ces termes figurent dans l’ordre de leur apparition dans le texte. Certains ont fait l’objet d’un travail des commissions de terminologie et d’une publication officielle. Les dates mentionnées sont celles de la publication au Journal officiel.



patron : dirigeant d’une entreprise, employeur par rapport à ses subordonnés.

voyage de motivation : voyage de récompense offert par une entreprise pour stimuler un salarié (15.09.1992).

mallette : petite valise rectangulaire plate et rigide qui sert de porte-documents et peut contenir un ordinateur ultraportable.

ordinateur ultraportable : ordinateur portable de taille et de poids très réduits.

chèque de voyage : chèque préimprimé, libellé en euros ou dans une autre monnaie, d'un montant arrondi, et permettant au porteur d'être protégé contre les risques de vol (31.01.1989).

savoir-faire : ensemble de connaissances, expériences et techniques accumulées par une personne ou une entreprise (18.01.1973 et 2.04.1987).

mercatique (adjectif) : relatif à la mercatique, ensemble des techniques et des actions grâce auxquelles une entreprise développe la vente de ses produits et de ses services en adaptant, le cas échéant, leur production et leur commercialisation aux besoins du consommateur (2.03.2010).

cybercommerce : commerce en ligne, commerce électronique, commerce par Internet.

dynamiser : développer et revigorer.

en ligne : par l’intermédiaire d’Internet (17.01.1982).

créneau de vente : niche, petit segment de marché, ciblé en termes de clientèle ou de produit, généralement nouveau, et/ou peu exploité (28.02.1993)

Toile : système basé sur les liens hypertextuels et permettant l'accès aux ressources du réseau Internet (16.03.1999).

porte-à-porte : faire du porte-à-porte, c’est passer de logement en logement pour solliciter la clientèle à son domicile.

démarchage téléphonique : technique de prospection, de vente et d'enquêtes commerciales fondée sur des appels téléphoniques (28.02.1993).

téléachat : achat à distance utilisant les techniques de télécommunication, notamment Internet (28.02.1993).

cybermercaticienne : mercaticienne en ligne, spécialiste de la mercatique sur Internet.

spécialiste de niche : personne ou entreprise spécialisée dans un segment de marché encore peu exploité (18.03.2011).

cadre : personne appartenant à la catégorie supérieure des salariés d'une entreprise.

voyage en avion

voyagiste : organisateur de voyages, personne morale ou physique qui conçoit et met en œuvre des voyages (15.09.1992).

centre d’affaires international : lieu qui regroupe des prestations de services destinées à faciliter les échanges internationaux (11.10.1991).

spectacle

comédie musicale : spectacle où se mêlent la musique, le chant, la danse et un texte sur une base narrative suivie.

enregistrement (transport aérien) : opération par laquelle le voyageur confirme sa présence pour le vol, confie ses bagages au transporteur et reçoit une carte d’embarquement ; par extension, le guichet où s’effectue cette opération.

surréservation : action consistant à réserver des places en nombre plus important que celui des places existantes (12.08.1989).

salle d’embarquement : salle où les passagers sont rassemblés en vue de l'embarquement ou retenus pour un vol de correspondance ou au cours d'une escale (22.10.2004).

décollage : action de quitter le sol, de s’envoler (pour un avion).

vol direct : vol d'un point à un autre sans changement d'avion, éventuellement avec un atterrissage intermédiaire (21.10.2004).

plateforme de correspondance (transport aérien) : aéroport servant de point de concentration ou de rayonnement de voyageurs ou de marchandises, regroupant l'activité d'une ou de plusieurs compagnies de transport (12.02.2006).

ultraportable : ordinateur ultraportable.

zone d’accès sans fil : espace où le public bénéficie de services radioélectriques temporaires ou permanents à haut débit, notamment d'un accès sans fil à Internet (5.05.2005).

pavé tactile : dispositif de pointage et de navigation, qui comporte une surface plane sur laquelle on déplace le doigt (3.01.2007).

ordinateur portable : ordinateur conçu pour être déplacé manuellement et utilisé en des lieux différents (07.03.1993).

affichage : représentation d'un ensemble de données sur un écran (20.10.1984).

numérique : se dit, par opposition à "analogique", de la représentation de données ou de grandeurs physiques au moyen de caractères (des chiffres généralement) et aussi des systèmes, dispositifs ou procédés employant ce mode de représentation (17.01.1982).

banque au volant : guichet de banque aménagé de manière à permettre aux clients d'être servis sans quitter leur voiture (26.03.2004).

libre-service : restaurant ou magasin où le client se sert lui-même.

restauration rapide : système de restauration rapide à bon marché, à service et assortiment limités, qui permet de consommer sur place ou ailleurs (15.09.1992).

réceptionniste de nuit : personne chargée de l’accueil de la clientèle d’un hôtel pendant la nuit.

chambre individuelle : chambre pour une personne.

haut de gamme : du meilleur confort (hôtellerie).

femme d’affaires : femme qui traite des affaires commerciales, financières ou industrielles.


Voici ce que donnerait le conte terminologique en franglais :

Le boss de Marine lui avait offert un incentive-tour à New York et un attaché-case contenant un ultraportable notebook et quelques traveller’s checks pour ses dépenses car son know-how marketing avait permis d’orienter l’entreprise vers l’e-commerce et de booster ses ventes on-line en tirant partie d’une niche marketing sur le Web. Elle l’avait convaincu que l’époque n’était plus au door-to-door et au phoning mais au teleshopping électronique. Elle y avait gagné une réputation d’e-marketer et de niche-player, un salaire d’executive et cet air-tour semi-professionnel organisé par un tour-operator spécialisé qui avait prévu une visite d’un world-trade-center et un show de musical à Broadway.

À l’aéroport, après avoir passé le check-in, en avance pour éviter d’être victime d’un surbooking éventuel, elle s’installa dans le boarding-lounge en attendant le take-off. Il n’y avait pas de direct-flight pour New York et elle devrait changer d’avion dans un hub. Elle avait pris son ultrabook car elle pensait trouver des hot-spots dans les aérogares et les hôtels. Elle regretta d’avoir oublié la souris car elle n’aimait pas le track-pad des laptops. Elle fut aussi contrariée de voir que le display digital de sa montre était défaillant.

Elle arriva tard à l’hôtel, après avoir échangé ses chèques contre des dollars dans un drive-in-bank et pris un repas dans un self-service de fast-food. Le night-auditor lui remit la clé du single premium de business-woman qu’on lui avait réservé.



3. Participez à l’opération "Dis-moi dix mots" qui invite chacun à jouer et à s’exprimer autour de dix mots sous une forme littéraire ou artistique. .

Les dix mots de cette année, "semés au loin", ont été choisis parmi ceux empruntés à la langue française par d’autres langues : atelier (allemand, anglais, italien, portugais, russe), bouquet (anglais, italien, néerlandais, polonais, russe), cachet (anglais, italien portugais), coup de foudre (italien), équipe (espagnol, italien, portugais), protéger (espagnol, italien, portugais), savoir-faire (anglais, italien), unique (anglais, néerlandais, polonais, russe), vis-à-vis (anglais, néerlandais), voilà (anglais).


Illustrez (par un court texte, un dessin ou les deux) un de ces mots, ou, si vous préférez, un des néologismes que vous avez repérés dans la début du conte terminologique. Donnez libre cours à votre créativité.

Retour au sommaire des sujets
Retour à la présentation du Mot d'Or du grand public
Retour au sommaire général