COUPE FRANCOPHONE DU VOCABULAIRE DES AFFAIRES 2014

Coupe proposée au grand public

LA DICTÉE DES MOTS D'OR



SEMAINE DE LA LANGUE FRANÇAISE ET DE LA FRANCOPHONIE

Samedi 22 mars 2014

Identification du participant :

Nom (en majuscules accentuées) :

Prénom :

Adresse :

Les organisateurs de la Coupe "LE MOT D'OR" vous remercient et vous félicitent d'affirmer, par votre participation, votre volonté d'entreprendre marquée par le souci d'une bonne maîtrise du vocabulaire des affaires, dans votre langue maternelle et en français.

SUJET
(le corrigé est donné en vert)

Le sujet comporte trois parties. Les réponses doivent être portées sur le sujet lui-même qui sera remis aux organisateurs en fin d'épreuve.

1. Début du conte terminologique : recherche des néologismes.

Soulignez, dans le texte suivant, les néologismes (termes, c’est-à-dire mots ou groupes de mots, nouveaux et termes anciens employés dans un sens nouveau) qui vous paraissent relever du français des affaires (mercatique et action commerciale, commerce (d'articles de sport par exemple), hôtellerie-tourisme, gestion, économie d’entreprise, économie générale, informatique et Internet, etc.) et plus généralement tous les termes qui sont malheureusement souvent remplacés par des anglicismes.

Après la réunion préparatoire des cadres de direction, Lucas mit son bloc-notes électronique dans son porte-documents et monta dans sa voiture pour entreprendre la tournée de présentation que lui avait confiée la direction générale. Celle-ci souhaitait faire présenter aux investisseurs et à la presse ses projets concernant la production et la mercatique des réseaux domestiques, dont l’entreprise voulait devenir numéro un. Il reçut des directives précises du groupe de conseillers du grand patron et du directeur commercial.

Après ses études dans une école de commerce et de gestion, il avait obtenu un emploi de chef de rayon dans un grand magasin. Quelques années plus tard, il avait été tenté de se mettre à son compte et, aidé par l’argent du cœur de ses parents et assisté par un investisseur providentiel, il avait créé une jeune-pousse, une entreprise de distribution en ligne pour la vente à prix réduits de téléphones mobiles, de terminaux de poche et de baladeurs. Pour mettre en œuvre son plan de développement, il avait cherché une société de capital-risque ou un partenaire pour créer une coentreprise. Il eut en fait l’occasion de vendre très cher son affaire sur la Toile à une société qui intervenait sur le même créneau mercatique. Privé de son statut d’homme d’affaires, il avait décidé alors de reprendre un emploi salarié et s’était retrouvé ainsi à la direction commerciale de son entreprise actuelle. La mission qu’on lui avait confiée constituait pour lui un nouveau défi.

Il s’arrêta dans un centre auto pour faire le plein en gazole et acheter un éthylomètre. Son autoradio, qu’il avait choisi à la pointe de la technique, avec un équilibreur pour les enceintes, diffusait, entrecoupée par des messages publicitaires, une émission-débat, parrainée par un fabricant de vêtements de sport, sur la piraterie automobile routière et à domicile. Il préféra écouter le récital enregistré en public d’un chanteur de rock que tout le monde avait considéré comme un artiste fini mais que son retour sous les projecteurs avait porté en tête de la cote du succès et du palmarès des meilleures ventes de disques. C’était mieux adapté aux capacités de son matériel perfectionné. Il verrouilla néanmoins ses portières. Pour gagner du temps, il déjeuna dans un restaurant au volant avant de reprendre la route.
Après la réunion préparatoire des cadres de direction, Lucas mit son bloc-notes électronique dans son porte-documents et monta dans sa voiture pour entreprendre la tournée de présentation que lui avait confiée la direction générale. Celle-ci souhaitait faire présenter aux investisseurs et à la presse ses projets concernant la production et la mercatique des réseaux domestiques, dont l’entreprise voulait devenir numéro un. Il reçut des directives précises du groupe de conseillers du grand patron et du directeur commercial.

Après ses études dans une école de commerce et de gestion, il avait obtenu un emploi de chef de rayon dans un grand magasin. Quelques années plus tard, il avait été tenté de se mettre à son compte et, aidé par l’argent du cœur de ses parents et assisté par un investisseur providentiel, il avait créé une jeune-pousse, une entreprise de distribution en ligne pour la vente à prix réduits de téléphones mobiles, de terminaux de poche et de baladeurs. Pour mettre en œuvre son plan de développement, il avait cherché une société de capital-risque ou un partenaire pour créer une coentreprise. Il eut en fait l’occasion de vendre très cher son affaire sur la Toile à une société qui intervenait sur le même créneau mercatique. Privé de son statut d’homme d’affaires, il avait décidé alors de reprendre un emploi salarié et s’était retrouvé ainsi à la direction commerciale de son entreprise actuelle. La mission qu’on lui avait confiée constituait pour lui un nouveau défi.

Il s’arrêta dans un centre auto pour faire le plein en gazole et acheter un éthylomètre. Son autoradio, qu’il avait choisi à la pointe de la technique, avec un équilibreur pour les enceintes, diffusait, entrecoupée par des messages publicitaires, une mission-débat, parrainée par un fabricant de vêtements de sport, sur la piraterie automobile routière et à domicile. Il préféra écouter le récital enregistré en public d’un chanteur de rock que tout le monde avait considéré comme un artiste fini mais que son retour sous les projecteurs avait porté en tête de la cote du succès et du palmarès des meilleures ventes de disques. C’était mieux adapté aux capacités de son matériel perfectionné. Il verrouilla néanmoins ses portières. Pour gagner du temps, il déjeuna dans un restaurant au volant avant de reprendre la route.

2. Suite et fin du conte terminologique : LA DICTÉE DES MOTS D’OR.

Texte de la dictée :

"Lucas dut arrêter sa voiture pendant quelque temps car une joyeuse troupe de tout petits bambins s’était égaillée sur la route, emmenée par une toute jeune fille accorte et enjouée. Un garçonnet ou une fillette, tout esseulée, traînait à l’arrière. Ni sa vêture ambiguë, ni son prénom épicène, crié par l’accompagnatrice, n’autorisaient à trancher. Il ou elle laissa échapper deux petites balles orange et héla Lucas pour qu’il les voie et les renvoie. Plus loin, un panneau indiquant que la route était réservée aux ayants droit obligea le mercaticien à faire demi-tour. Il finit par s’égarer et, face à ce résultat excédant, quoiqu’il ne fût pas enclin à résipiscence, regretta de ne pas avoir recouru à la navigation par GPS.

Il arriva enfin à son rendez-vous. Il avait organisé un point de presse sur les projets de sa société et prévu des boissons et des petits fours. Les journalistes de la presse locale s’y sont succédé, attirés, soutinrent les persifleurs, par les effluves subtils du buffet et par les petits-beurre, lui suggérant par ironie de distribuer la prochaine fois des affiquets. Nous nous sommes parlé et interrogés, pensa-t-il, et j’ai commencé à remplir ma mission."


N.B. :

1) L’adverbe "tout" est invariable sauf devant un mot féminin commençant par une consonne ou un h aspiré.

2) "Un garçonnet ou une fillette traînait" : le singulier s’impose si le verbe ne peut avoir qu’un seul sujet.

3) "Un garçonnet ou une fillette, tout esseulée" : si l’accord se fait avec un seul des termes unis par ou, ce terme est normalement le dernier.

3) "Ni sa vêture, ni son prénom n’autorisaient" : l’accord du verbe se fait normalement avec l’ensemble des sujets coordonnées par ni.

4) Le rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvé par l’Académie française, publié au Journal officiel du 6 décembre 1990 et préconisant des rectifications orthographiques, autorise d’écrire "trainait" au lieu de "traînait".

5) "ambiguë" peut s’écrire aussi "ambigüe" (cela est même conseillé par le rapport cité ci-dessus).

6) Le navigateur du véhicule est le logiciel qui guide le conducteur en utilisant la géolocalisation par satellite (GPS).




Liste et définitions des termes utilisés dans le conte terminologique pour éviter les anglicismes : :

Ces termes figurent dans l’ordre de leur apparition dans le texte. Certains ont fait l’objet d’un travail des commissions de terminologie et d’une publication officielle. Les dates mentionnées sont celles de la publication au Journal officiel.



réunion préparatoire : présentation aux acteurs concernés des informations ou des directives relatives à une opération avant le début de celle-ci (27.12.2006).

cadres de direction : les directeurs et leurs adjoints.

bloc-notes électronique : ordinateur portatif dont le format est voisin de celui d'un cahier (7.03.1993).

porte-documents : petite mallette rectangulaire plate et rigide qui sert à classer et transporter des documents et peut contenir un ordinateur ultraportable.

tournée de présentation : tournée promotionnelle organisée de place en place par une entreprise qui souhaite présenter ses projets aux investisseurs et à la presse (09.11.2008).

direction générale : instance qui regroupe les responsables chargés de la direction de l'entreprise ( 28.07.2001).

mercatique : ensemble des techniques et des actions grâce auxquelles une entreprise développe la vente de ses produits et de ses services en adaptant, le cas échéant, leur production et leur commercialisation aux besoins du consommateur (2.03.2010).

réseau domestique : réseau qui relie les appareils électriques et électroniques d’un lieu de résidence (9.08.2013).

numéro un : entreprise qui occupe la première place.

groupe de conseillers : petite équipe d'experts, de techniciens, etc., qui assiste une direction.

grand patron : président-directeur général ou directeur général.

directeur commercial : directeur qui, dans une entreprise, s'occupe des aspects commerciaux de l'activité.

école de commerce et de gestion : école où sont enseignées les théories et les techniques du commerce et de la gestion.

chef de rayon : personne qui, dans un magasin, est responsable d'un rayon : chiffre d'affaires, tenue du rayon, encadrement du personnel, accueil de la clientèle, etc. (26.03.2004).

grand magasin : magasin de grande taille qui offre un large choix de marques, de produits et de services dans de multiples domaines.

se mettre à son compte : devenir travailleur indépendant.

argent du cœur : soutien financier apporté pour des raisons affectives ou familiales (26.03.2004).

investisseur providentiel : investisseur privé qui apporte capital et savoir-faire à de jeunes entreprises innovantes sans rechercher de rendement immédiat, dans une perspective de succès à terme (7.09.2007).

jeune pousse : jeune entreprise innovante et dynamique, à croissance rapide. Les jeunes pousses se rencontrent en particulier dans les secteurs de pointe tels que la biotechnique et les techniques d'information (28.07.2001).

distributeur en ligne : acteur économique qui commercialise des produits ou des services exclusivement sur Internet (28.12.2006).

vente à prix réduit ou discompte : système de commercialisation permettant d'offrir au client des produits à prix réduit. Discompte est un synonyme ancien d'escompte (28.02.1993).

terminal de poche ou ordiphone : appareil électronique mobile de petite taille qui assure par voie radioélectrique des fonctions de communication, telles que la téléphonie ou l’accès à Internet, et le plus souvent des fonctions informatiques ou multimédias (27.12.2009).

baladeur : appareil portatif de reproduction sonore et éventuellement d'enregistrement, muni d'un casque à écouteurs, que l'on peut utiliser en se déplaçant. Le terme "Walkman", qui est une marque déposée, ne doit pas être utilisé (18.02.1983).

plan de développement, plan d’affaires : dossier présentant un projet chiffré de création ou de développement d'entreprise (14.08.1998).

capital-risque : investissement à risques assorti de gains potentiels élevés, consistant en prises de participations dans des entreprises œuvrant en principe dans des techniques de pointe, les idées nouvelles et sur les marchés risqués, réalisé notamment par des sociétés spécialisées, dites "sociétés de capital-risque" (31.01.1990 et 22.09.2000).

coentreprise : projet économique élaboré par une association d'entreprises constituée selon des modalités diverses et permettant en général de bénéficier des synergies des entreprises associées (31.01.1990).

affaire(s) sur la Toile : ensemble d'activités économiques sur Internet.

créneau mercatique, créneau de vente, créneau commercial ou niche : petit segment de marché, ciblé en termes de clientèle ou de produit, généralement nouveau, et/ou peu exploité (28.02.1993).

homme ou femme d’affaires : personne qui traite des affaires commerciales, financières ou industrielles (14.08.1998).

direction commerciale ou mercatique : service responsable de la mercatique dans une entreprise (12.05.2000).

défi ou chalenge (terme du domaine du sport) : épreuve sportive au cours de laquelle le détenteur d'un titre est l'objet d'un défi. Attention à l’orthographe française, avec un seul l, de chalenge (06.03.1988).

centre auto, centre automobile : magasin qui offre à la vente tout ce qui a rapport à l'automobile (3.01.1974).

gazole : carburant pour moteur diesel (12.01.1973).

éthylomètre : instrument de mesure de la concentration d'alcool dans l'air expiré. Alcootest est une marque déposée (21.10.2004).

à la pointe de la technique : se dit d'un produit dont la fabrication a nécessité la mise en œuvre de techniques de pointe (2.03.2010).

équilibreur avant-arrière, équilibreur : dans un système de reproduction sonore, par exemple un autoradio, dispositif de réglage permettant de doser le niveau acoustique entre les haut-parleurs avant et arrière (18.02.1983).

enceinte : un ou plusieurs haut-parleurs montés sur un écran acoustique (13.11.1985).

émission-débat : émission consistant en une discussion sur des sujets de société entre un animateur et ses invités. À ne pas confondre avec le débat-spectacle, émission de divertissement consistant en une discussion sur des sujets de société entre un animateur et ses invités (18.01.2005).

parrainer : apporter un soutien matériel à une manifestation, à une personne, à un produit ou à une organisation en vue d'en retirer un bénéfice direct. Le parrainage ne doit pas être confondu avec le mécénat, qui est désintéressé, et le patronage, qui ne recherche qu’un bénéfice indirect (31.01.1989).

vêtements de sport : vêtements prévus pour la pratique sportive.

piraterie routière : vol d'un véhicule avec agression du conducteur (5.04.2006).

piraterie automobile à domicile : vol de voiture à domicile avec agression.

récital ou spectacle solo : spectacle de variétés assuré par un artiste seul en scène (13.11.1985).

enregistrée en public : à distinguer de « enregistré en studio » et « en direct » (5.03.2009).

chanteur de rock ou rockeur : éviter le franglais rocker.

artiste fini : ancienne célébrité.

retour ou rentrée : reprise d’une activité après une longue interruption (6.03.1988).

projecteur : projecteur puissant utilisé dans les studios (sous les projecteurs = sur scène ou en studio).

en tête : au sommet.

cote du succès : se mesure par le nombre de billets d’entrée aux spectacles publics.

palmarès : classement des meilleurs succès de diffusion de disques (13.11.1985).

perfectionné : qui bénéficie des perfectionnements techniques actuels.

restaurant au volant : restaurant aménagé de manière à permettre aux clients d'être servis sans quitter leur voiture (26.03.2004).

mercaticien, mercaticienne : spécialiste de la mercatique (voir ci-dessus) (12.05.2000).

point de presse : séance d'information destinée aux journalistes pour faire le point sur un sujet ou une situation (19.05.2009).



Voici ce que donnerait le conte terminologique en franglais :

Après le briefing des executive-managers, Lucas mit son notebook dans son attaché-case et monta dans sa voiture pour entreprendre le road-show que lui avait confié le top-management. Celui-ci souhaitait faire présenter aux investisseurs et à la presse ses projets concernant la production et le marketing des home-networks, dont l’entreprise voulait devenir leader. Il fut spécialement briefé par le brain-trust du big-boss et le directeur marketing.

Après ses études dans une business-school, il avait obtenu un job de department-manager dans un department-store. Quelques années plus tard, il avait été tenté de devenir free-lance et, aidé par le love-money de ses parents et assisté par un business-angel, il avait créé une start-up, une entreprise pure-player pour la vente on-line en discount de téléphones mobiles, de smartphones et de walkmen. Pour mettre en œuvre son business-plan, il avait cherché une société de venture-capital ou un partenaire pour créer une joint-venture. Il eut en fait l’occasion de vendre très cher son net-business à une société qui intervenait sur la même niche marketing. Privé de son statut de businessman, il avait décidé alors de reprendre un emploi salarié et s’était retrouvé ainsi à la direction marketing de son entreprise actuelle. La mission qu’on lui avait confiée constituait pour lui un nouveau challenge.

Il s’arrêta dans un auto-center pour faire le plein en gas-oil et acheter un alcoholtest. Son autoradio, qu’il avait choisi high-tech, avec un fader pour les baffles, diffusait, entrecoupé par des spots publicitaires, un talk-show, sponsorisé par un fabricant de sportswear, sur le carjacking et le homejacking. Il préféra écouter le one-man-show en live d’un rocker que tout le monde avait considéré comme un has-been mais que son come-back sous les sunlights avait porté au top du box-office et du hit-parade. C’était mieux adapté aux capacités de son matériel sophistiqué. Il verrouilla néanmoins ses portières. Pour gagner du temps, il déjeuna dans un drive-in restaurant avant de reprendre la route.



3. Participez à l’opération "Dis-moi dix mots" qui invite chacun à jouer et à s’exprimer autour de dix mots sous une forme littéraire ou artistique.

Cette année, "Dis-moi dix mots ... à la folie" illustre la capacité de notre langue à accueillir les inventions verbales (lexicales, sémantiques, graphiques ou sonores) les plus inattendues. Ces dix mots constituent autant de propositions pour stimuler la créativité langagière : "Ambiancer, à tire-larigot, charivari, faribole, hurluberlu, ouf, timbré, tohu-bohu, zigzag, s'enlivrer ("être ivre de lectures", néologisme créé par un élève de CM2).

Illustrez (par un court texte, un dessin ou les deux) un (ou plusieurs) de ces mots, ou, si vous préférez, un des néologismes que vous avez repérés dans la début du conte terminologique. Donnez libre cours à votre créativité.

Retour au sommaire des sujets
Retour à la présentation du Mot d'Or du grand public
Retour au sommaire général